Archives de Tag: éducation non violente

Eduquer sans violenter

contre-fessee

Je n’ai jamais écris d’article à proprement parler sur la non violence…
J’ai du mal à saisir le sujet, à l’aborder sous toutes ses coutures, à le cerner… L’éducation est tellement différente d’un parent à l’autre…
A chaque étape de ma vie de mère j’ai rencontré des parents, tous éduquant leurs enfants très différemment.
Tous, autant qu’ils sont, m’ont permis de progresser dans ma recherche éducative. Je suis quelqu’un qui réfléchis beaucoup.
J’ai pu assister à un cycle d’atelier Faber&Mazlish (« Parler pour que les enfants écoutent, écouter pour que les enfants parlent ») qui m’a beaucoup appris sur nos émotions
et m’a conforté dans ce chemin du « juste ».
Mais qu’est ce que j’appelle le juste ?
Pour moi il est hors de question de tomber dans une forme de laxisme ou de non-éducation, autant qu’il est hors de question de donner une fessée à mon enfant.
Alors comment faire ? Quelle « recette éducative » ais-je choisi?
J’ai décidé d’établir une liste des « limites », suffisamment longue pour qu’aucun danger ne soit couru mais suffisamment courte pour qu’elle soit respectée.
En effet, je pense que la multiplication des interdits ne favorise pas l’accord de l’enfant.
Avoir quelques limites bien définies qui doivent être toujours tenues par l’adulte me semble un bon compromis.
Et j’ai choisi quoi comme limites ?
Pour moi la sécurité physique est le point essentiel de mon travail: respecter le « STOP » dans la rue, le brossage des dents au sol et non debout sur le rebord de la douche,
les portes du parc à ne pas dépasser.
Quelques autres limites : le dessin sur une feuille, le repas à table… Quelques points me semblant importants sans engager pour autant de danger pour l’enfant (plutôt pour mon canapé hum)
Face au danger, il m’arrive de crier et de gronder assez sévèrement mon loupiot… Tout en lui expliquant, au retour à la maison, le pourquoi de ma réaction.
Face au non respect des consignes, il m’arrive d’enlever les stylos et de lui reproposer à un moment plus opportun…
Les consignes sont toujours formulées de manière positive: « quand je dis stop, on s’arrête. » « Le feutre, c’est sur la feuille! » tout en lui réexpliquant pourquoi de temps en temps.
Donc « crier », « privé de stylos », en soi ce n’est pas très ENV…
Mais entre l’action et l’intention il me semble y avoir une légère différence.
Gros cris = Gros danger ! La notion de danger étant acquise au plus tôt à 6 ans, je souhaite que mes enfants respectent mes consignes de promenade pour éviter de se mettre en danger.
Il est vrai que j’ai très peur des conducteurs, ceci expliquant sans doutes cela. Un accident est malheureusement très vite arrivé.
Stylos confisqué : le message n’est pas vraiment celui-ci mais plutôt: « Tu as une consigne, je te la répètes 3 fois, si tu ne la respecte toujours pas c’est que tu n’est pas prêt ou pas disponible actuellement pour une telle activité. Allons faire autre chose pour le moment ».
Je me fâche également assez fort lorsque mon fils donne un coup, à moi ou à un camarade de jeu.
Je ne le frappe pas, j’estime qu’il n’a pas non plus à frapper, cette règle est aussi importante pour moi que la sécurité dans la rue.
Et ces règles sont SYSTEMATIQUES ! Comme elles sont importantes à mes yeux, je ne me contente pas d’un « non » dit au passage, dit « parcequ’il faut le dire »…
Alors, et pour vous, quelle est la limite entre laxisme et éducation non violente? Comment faites vous avec vos enfants ?
Dîtes moi tout ça en commentaire 🙂