Interview couches lavables

Qui de mieux qu’une maman couseuse pour vous parler de l’utilisation de couches lavables?
J’ai décidé d’interviewer Stéphanie de Bear & Ours

Pour débuter cette interview j’aimerais que tu nous expliques ce qui t’as séduit dans le système « couche lavable » ?

Tout d’abord, et c’est indéniable, l’utilisation des couches lavables est écologique. Il suffit pour s’en convaincre de savoir qu’un enfant remplira une poubelle de 35 mètres cubes de couches sales de sa naissance à l’acquisition de la propreté, soit l’équivalent du volume de sa chambre ! Le pràblème, c’est qu’à ce jour, nous ne savons pas retraiter ces déchets qui partent soit à l’incinérateur et produisent des toxines qui sont rejetées dans l’atmosphère, soit sont enfouies dans le sol et de cette façon, les produits chimiques qui composent ces couches se retrouvent dans la nappe phréatique contaminant par la même occasion la chaine alimentaire…

Quand et comment a débutée ton aventure lavable? (à quel moment dans ta maternité? comment cela s’est passé? tu as acheté des couches ou cousu directement?)

Enceinte de mon second enfant, je me suis interessée à la question de ce que devenaient les couches jetables, de ce qu’elles contenaient. Et avec mon mari, nous avons décidé que nous ne voulions pas cautionner cela. Ma mère m’a alors offert une machine à coudre et j’ai commencé à confectionner des couches lavables et des inserts dans des vieilles serviettes de toilette. A la naissance de Berën, j’ai pu constater l’efficacité de mes couches lavables et j’ai décidé d’en refaire avec de belles matières et de beaux tissus !

Comment en est tu arrivée à en faire ton métier?

Au départ, pour payer le tissu qui servait à confectionner les couches lavables de mon fils, je vendais quelques créations sur un célèbre site de ventes aux enchères ! Et puis j’ai commencé à avoir des commandes en plus. Bear And Ours était né ! ( Berën signifie Ours, Bear And Ours est un jeu de mot avec le prénom de mon fils qu’on surnomme Berenours )

Au jour le jour, comment ça se passe?

(Depuis que Pellinor est arrivé, mon organisation s’est compliquée ! 😉
Le matin, je range un peu la maison, puis je découpe mon tissu, je lance une ou deux broderie sur la brodeuse pour m’avancer, je pose les pressions des couches de la veille. Je fais à manger et je vais chercher Berën à l’école !
L’après-midi, pendant la sieste de Pellinor, j’assemble mes couches. Je suis souvent amenée à travailler le soir pour gagner du temps. Souvent mon mari et mon fils aîné (13 ans ) m’aident à faire les découpes. Mon mari posait même les pressions pendant ma grossesse car c’est dur ! Mon fils aîné ne manque jamais d’idées pour créer de nouveaux modèles !

Que conseillerais tu à une maman qui hésite à franchir le cap jetable=>lavable ?

L’investissement de départ peut sembler énorme ( environ 400 euros pour s’équiper ) mais n’oublions pas que les couches jetables coûtent bien plus cher sur la durée : environ 2000 euros jusqu’à la propreté et que les couches lavables peuvent être réutilisées pour les enfants suivants ou même revendues d’occasion, on peut ainsi récupérer une bonne partie de son investissement ! Et on peut acheter ses couches lavables au fur-et-à mesure, constituer son stock petit à petit.
Et pour ce qui est de l’entretien, ce n’est vraiment pas compliqué : on lave ses couches avec le linge courant tout simplement. On ne met pas les selles dans la machine : elles sont jetées dans les toilettes. On rince un peu la couche au jet de douche s’il reste des traces de selles puis on stock la couche sale dans une bassine, un seau fermé ou tout simplement dans la machine. C’est très simple, on s’habitue très vite.
Pour commencer avec les couches lavables, il vaut mieux investir dans un système pas trop compliqué qui ne va pas rebuter toute la famille et qui sera vite adopté par la nourrice ou la crèche. Les TE2 sont très fiables et faciles d’utilisation, les TE1 sont bien acceptées dans les crèches, le système couche classique+culotte est un peu plus compliqué mais très bien pour la nuit.
Il vaut mieux éviter l’achat d’un pack d’une même marque avant de l’avoir testée car une coupe peut ne pas convenir à un enfant.

Tu nous présentes les différentes sortes de couches lavables pour que l’on puisse s’y retrouver? Quels sont les avantages de chaque?

Le système couche classique + culotte imperméable :
– Une couche absorbante non imperméable au dessus de laquelle on ferme une culotte de protection qui est, elle, imperméable. Système très fiable mais qui à tendance à faire un plus gros popotin. Les papas oublient souvent de mettre la culotte ! 😉 Surtout la nuit ! Plus longue à sécher.

La TE1 ( tout en un )

– Se rapproche le plus de la couche jetable, elle s’enfile de la même façon.
– La partie absorbante, appellée « insert » peut être couseu dans la couche ou bien amovible pour les couches qu’on appelle « à poche ».
– Les TE1 à poche sèchent très vite car on retire l’insert qui sèche à part.
– Facile à la crèche car les puéricultrices n’ont pas plus de manipulations à faire qu’avec une couche jetable.

La TE2 ( Tout en deux )

– Facile à utiliser, un peu comme la TE1, sauf que l’insert se pressionne à l’intérieur.
– Si l’insert seul est souillé, on ne change que celui-ci, ainsi, une couche peut servir plus longtemps.
– Moins de couches dans la machine !

Merci à toi pour cette interview. Le mot de la fin?

Les couches lavables, c’est facile, il suffit d’avoir envie de s’y mettre. Ensuite, le retour en arrière n’est même plus envisageable !
Merci à toi ! 😉

Photo: TE2 Pellinours

En prime, deux témoignages d’utilisatrices 😉

NanetteSon blog
« J’ai commencé les couches lavables quand ma fille (mon deuxième enfant) avait un mois et demi. D’abord par souci d’économie, puis en lisant de plus en plus de choses sur les jetables, ce qui m’a confortée dans mon choix. J’ai eu peur au début, je me disais « quel boulot ! », et puis non, notre routine est établie et ça roule ! Notre fille a 6 mois et nous ne regrettons pas notre choix. Même mon mari, sceptique au départ, adhère complètement (encore plus, quand il voit le prix des couches jetables du commerce !)
J’utilise des TE1 pour la journée et des couches dites « classiques » (couches+culottes de protection) pour la nuit. Au moment du change, la couche sale va dans le seau à couches. Je n’ai pas plus de lessives qu’avant, chez nous la machine tournait tous les jours bien avant la naissance de ma fille. Attention, je ne dis pas que tout est rose, une bonne routine et un nombre suffisant de couches sont nécessaires. Mais une fois que tout roule, ça devient naturel. Aujourd’hui, je suis devenue une vraie couchomaniaques : j’ai des modèles que j’utilise tout le temps et parfois…souvent, j’en achète d’autres, je teste, je revends, je rachète… Je « convertis » toutes celles que je peux aux couches lavables, tellement j’en suis ravie ! »

NasAssociation Rassemb’ lait :
« Dès que j’ai eu vent des CL, j’ai été convaincue et je voulais tenter l’aventure pour mon futur enfant. Par contre je n’ai pas commencé tout de suite car entre les chamboulements de la naissance, la fatigue de la grossesse, mon baby blues… Ce peut être un bon conseil : commencer quand on a son petit rythme avec bébé et qu’on se sent prête à changer un peu ses habitudes, accepter quelques contraintes (organisation du lavage, pré-lavage à la main) mais pour en quitter d’autres (prix et temps perdu à l’achat des CJ en magasin, fesses rouges, poids et odeur de la poubelle).
A 3 mois, j’ai pu passer directement à du TU, et j’ai opté pour le système D selon mes critères : pratique, évolutif, pas cher, utilisables pour plusieurs enfants. Donc : pressions, TU, des modèles basiques mais qui ont fait leurs preuves (TU coton + culotte de protection), des matières lavables à forte T° pour pouvoir décrasser mais aussi acheter de l’occaz. Pour un petit budget je conseille : un lot en coton d’occaz qu’on pourra laver à forte T°, quelques modèles neufs pour tester les marques, les textures, se faire plaisir avec les couleurs, en fonction des promos web. Plus un stock de langes pour la maison/ les siestes (4 pour moins de 10€, séchage express).
Beaucoup de mes copines/ cousines ont été tentées en me voyant faire avec beaucoup de facilité, et papa, mamie et la crèche, tout le monde a adopté ! Et mon petit chou est si mignon avec son p’tit cul décoré 😉 »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s